Des « pâtes » sans calories

Des « pâtes » sans calories

Connaissez-vous le konjac ?

Un aliment qui ressemble aux pâtes mais qui ne contient presque pas de calories, ça semble complètement surréaliste et pourtant ça existe. Il s’agit du konjac, une racine consommée en Asie depuis plus de 2000 ans. Là-bas, la racine de cette plante qu’on appelle plus précisément Amorphophallys konjac se mange comme un légume, tout simplement, ou bien est réduite en poudre puis transformée en petits blocs (que l’on appelle konnyaku) ou en « spaghetti » (que l’on appelle shiratakis). Léger et sain, il s’intègre parfaitement dans un régime équilibré et aide même à mincir ! Pourtant, on semble seulement le découvrir chez nous… On en parle de plus en plus, surtout dans la presse minceur. Et pour cause : ça aide à maigrir ! Pour les personnes qui veulent perdre du poids, c’est un allié de tout premier choix :

  • C’est hyper light. Avec moins de 10 calories pour 100 grammes, le konjac est encore plus léger que le plus light des légumes, à savoir le concombre ! On peut donc le consommer sans aucune modération et à volonté même quand on essaie de perdre du poids.
  • On se fait plaisir. Le konjac ne goûte certes pas grand-chose, mais il prend le goût des aliments qui l’accompagnent. Par exemple, vous pouvez cuisiner une sauce bolognaise légère et bien épicée (avec du bœuf haché à 5% de matières grasses et beaucoup de tomates), ajouter une bonne portion de shiratakis en fin de cuisson, et vous aurez presque l’impression de manger un vrai spaghetti ! Bien sûr, ce n’est pas totalement la même chose que des vraies pâtes, mais c’est un substitut excellent en période de régime. Une grosse assiette de shiratakis à la bolognaise ne se sentira pas sur la balance le lendemain et vous permettra même de maigrir rapidement alors que vous ne vous êtes pas privés ! On adore le concept…
  • C’est un coupe-faim. D’abord, grâce à son faible niveau en calories, le konjac peut être consommé en grande quantité. Si on le cuisine avec une belle portion de légumes et qu’on le sert avec du poulet grillé, par exemple, c’est clair qu’on peut se permettre une assiette énorme et qu’après l’avoir savourée, on n’aura plus faim du tout ! Mais l’effet coupe-faim est également à chercher dans la composition-même de cette racine. La satiété est également procurée grâce à la présence d’une fibre – le glocumannane – qui, dans l’estomac, se gonfle d’eau et coupe naturellement la faim. Un peu comme les pommes ou encore le son d’avoine…
  • C’est une aide pour avoir un ventre plat. Parce qu’il contient énormément de fibres, le konjac aide à réguler le transit. Résultats : on n’est pas ballonné ni constipé et le ventre s’affine.
  • C’est détoxifiant. Le konjac permet d’éliminer les toxines de son organisme. Idéal pour un effet « belle peau » et pour se sentir en pleine forme.

 

Notez tout de même que le konjac ne contient pas de nutriments. Cet aliment doit donc être intégré dans un régime équilibré et varié, qui fournira à l’organisme toutes les vitamines, tous les minéraux nécessaires.

Notre avis : même si ce produit est parfois vendu sous forme de gélules censées couper la faim, on préfère largement les shiratakis, qui permettent de se préparer des plats copieux et gourmands… Bien plus efficace pour maigrir rapidement, harmonieusement et sur le long terme.

Comment les préparer ?
Rincez les shiratakis à l’eau. Défaites-les (ils se présentent sous forme de pelotes). Faites-les cuire pendant 1 minute soit dans de l’eau bouillante, soit directement dans la sauce qui les accompagne. C’est prêt !

Où les trouve-t-on ?
Il faut avouer que ce n’est pas (encore ?) forcément facile à trouver dans le supermarché du coin… Pour se procurer des shiratakis, mieux vaut compter sur les magasins asiatiques ou sur la vente en ligne. On apprécie tout particulièrement la boutique de Dukan parce qu’il est possible d’y trouver des shiratakis nature mais aussi des tagliatelles de konjac aux épinards ou encore des packs de déjà cuisiné (à l’italienne ou aux légumes du soleil), pratiques pour les lunchs au bureau.

Et vous, avez-vous déjà goûté cet aliment? Comment le cuisinez-vous?